Comment expliquer la chute des attaques de groupes pirates au large des cotes somaliennes ?

Sur le premier semestre 2013, trois attaques confirmées et une dizaine d’approches suspectes de skiff ont été reportées ; loin des chiffres d’il y a deux ans. Un début d’explication pourrait être le rôle que pourraient avoir certains réseaux mafieux italiens. Si on en croit les informations parues le 4 mai 2013 dans le journal italien romain Avvenire.

La violence franchit un nouveau palier et prend des allures de guerre civile

Alors que le mois de mars, avec 300 morts, avait déjà été le plus meurtrier depuis le départ des Américains en décembre 2011, la situation s’est encore dégradée en avril, avec 712 morts recensés par les Nations Unies (et 1.633 blessés). La ville de Bagdad (et région) a été la plus touchée, mais Kirkouk, Mossoul, Baqouba… ont également connu une violence de très forte intensité.