loader image

Asie du Sud-Est

A Hong Kong, le projet de loi d’extradition vers la Chine a été largement contesté et a mobilisé des centaines de milliers de manifestants. Après des mois de violences, le gouvernement a fait machine arrière et abandonné le projet mais cela ne suffit pas à rétablir la confiance avec la population qui reste très mobilisée, craignant la remise en cause du principe « Un Etat, deux systèmes » et la fin de la singularité hong-kongaise.

Au Myanmar, les conflits s’intensifient dans certaines zones du pays. Profitant du fait que l’armée fédérale Birmane soit occupée à juguler la crise des Rohingyas, d’anciens groupes rebelles des ethnies Shan, Karen et Kachin ont repris leurs actions de guérilla contre le pouvoir central dans les États du nord-est et du sud.

En Indonésie, les tensions se sont multipliées après que le candidat de l’opposition Prabowo Subianto a refusé de reconnaitre les résultats qui accordent la victoire au président sortant Joko Widodo. De nombreux affrontements violents entre partisans de l’opposition et la police ont eu lieu en 2019 causant la mort de plusieurs soldats et manifestants. Dans l’est du pays, en Papouasie, la situation est encore plus critique avec pas loin d’une trentaine de morts lors des manifestations.

Au Sri Lanka, les tensions interethniques ont recouvré de l’intensité suite aux attaques ayant visé des églises et hôtels de luxe dans le pays.