Amérique Latine

Amérique centrale

Amérique du sud

En Amérique Latine et Centrale, l’instabilité est de nouveau principalement liée à une forte criminalité et au trafic de drogues, prégnants notamment au Brésil et au Mexique. En Colombie, alors que les négociations entre le groupe révolutionnaire FARC et le gouvernement colombien se sont soldées par un succès (par la suite remis en cause par les électeurs), celles qui sont actuellement menées avec l’ELN en sont toujours dans leur phase initiale.

Depuis la baisse du prix du pétrole, le Venezuela a été lourdement et longuement perturbé par une crise politico-économique qui s’est progressivement aggravée. Elle s’est traduite par des désordres sociaux massifs, se soldant par des vagues d’arrestations n’ayant fait que renforcer la fracture politique divisant le pays. Ces amples désordres ont sérieusement exacerbé la criminalité dans le pays. La conjonction de la tension politique, de la crise économique et de la forte criminalité fait de ce pays l’épicentre des risques dans la région.

Au Mexique, la situation sécuritaire reste critique, avec une poursuite de la dégradation sécuritaire dans l’État du Veracruz. La criminalité urbaine demeure très élevée au Salvador et au Honduras alors que le Guatemala est toujours secoué par de nombreuses manifestations anti-corruption.