loader image

Amérique Latine

En 2019, de nombreux pays d’Amérique latine (Chili, Argentine, Equateur, Pérou, Colombie, Bolivie) se sont soulevés contre la forte pauvreté et la corruption de leur gouvernement, en incapacité de prendre des mesures pour ralentir l’inflation et diversifier ces économies fortement dépendantes des matières premières. Si les revendications initiales sont différentes, ces manifestations dénoncent toutes les inégalités socio-économiques caractérisant la région.

L’Argentine connait sa plus grande crise économique depuis 2001 et l’inflation, le taux de chômage et la pauvreté ne cessent d’augmenter. Une situation inédite qui a conduit le nouveau président Alberto Fernandez à prendre, quelques mois après son élection, des mesures d’urgence pour sortir rapidement de la crise.

En Bolivie, la réélection contestée puis la démission d’Evo Morales ont plongé le pays dans une importante crise politique. Celle-ci a détérioré la situation sécuritaire d’un Etat multiculturel où les tensions interethniques avaient été apaisées par l’élection du premier Président « indigène » d’Amérique du Sud.

Au Chili, la hausse du prix du ticket de métro a été le déclencheur d’un immense mouvement de contestation qui a entraîné une crise sociale et économique sans précédent dans un pays qui était jusqu’alors considéré comme l’une des nations les plus stables et dynamiques du continent. La crise actuelle a mis en évidence plusieurs problématiques : les inégalités de revenus, très fortes pour un pays développé et les conséquences pour la classe moyenne de réformes économiques plutôt libérales prises par le gouvernement.